Connexion à distance sécurisée

SSH est un logiciel (et un protocole) permettant de se connecter à un ordinateur distant de façon sécurisée. Il vous permet en particulier d'ouvrir un shell à distance sur les machines des salles informatiques de l'ENS, et sur la machine sas. (Le serveur des élèves, clipper, n'est pas accessible par SSH pour des raissons de sécurité.)

À savoir : le protocole SSH n'est pas une particularité UNIX. Vous pouvez par exemple consulter, sur le site des WinTuteurs, le tutorial sur PuTTY (Windows).
Note : Sur cette page, il est question de SSH1 et de SSH2. Depuis quelques années déjà toutes les machines de l'ENS utilisent SSH2 et ce protocole est devenu le nouveau standard. Les informations sur SSH1 ne sont là qu'en cas de besoins vraiment particuliers.
Note : Sur cette page, la machine trolle.ens.fr sera utilisée pour les démonstrations. Sachez que vous pouvez vous connecter de la même façon sur n'importe quelle machine des salles informatiques (le nom de la machine étant marqué dessus). Vous pouvez également vous connecter sur sas.eleves.ens.fr qui remplace l'ancien accès à clipper mais cette machine n'étant pas physique, il est conseillé de se connecter sur une des machines des salles informatiques pour effectuer des tâches gourmandes en ressources.

Se connecter

L'utilisation de ssh pour se connecter à une machine est extrêmement simple.

Définitions : par machine locale, on entend la machine devant laquelle vous vous trouvez. Dans ce tutorial, on l'appelle machineloc. La machine distante, c'est celle à laquelle vous voulez vous connecter. Dans ce tutorial, on l'appelle machinedist. Par exemple, si vous êtes dans votre thurne et que vous voulez vous connecter à une machine de l'ENS (trolle.ens.fr), la machine locale est votre propre ordinateur, la machine distante est trolle.ens.fr.
machineloc ~ $ ssh login@machinedist

On peut aussi utiliser la syntaxe équivalente :

machineloc ~ $ ssh machinedist -l login

Pour indiquer la machine à distance, vous pouvez utiliser aussi bien le nom de la machine (sas.eleves.ens.fr, horus.ens.fr, etc.) que son adresse IP (pour sas.eleves, 129.199.129.11).

Si vous avez le même login sur les deux machines en question, ce n'est pas la peine de le mentionner, tapez simplement :

machineloc ~ $ ssh machinedist

Si c'est la première fois que vous vous connectez par ssh sur cette machine, vous verrez un message tel que celui-ci :

machineloc ~ $ ssh toto@machinedist
The authenticity of host 'machinedist' (111.222.333.4)' can't be established.
RSA1 key fingerprint is 1z:2y:3x:4w:56:78:98:78:ab:cd:ef:01:23:45:67:89.
Are you sure you want to continue connecting (yes/no)?

Ne paniquez pas ! Tout est parfaitement normal, on vérifie qu'il s'agit de la bonne machine. Il suffit de répondre 'yes' pour continuer (si vous êtes sûr de votre connexion). ssh vous dira alors :

Warning: Permanently added 'machinedist,111.222.333.4' (RSA1) to
the list of known hosts.

Ce qui signifie que ssh ne vous embêtera plus à poser la question. Notez au passage le « RSA1 » entre parenthèses. Il s'agit du type de clé utilisée par la machine distante. Cette information peut vous servir par la suite pour générer une clé.

Authentification par mot de passe

La façon la plus simple de s'identifier est le mot de passe. Par défaut, ssh vous le réclamera.

trolle.ens.fr ~ $ ssh machine.monlabo.fr
toto@machine's password:

Il vous suffit de taper votre mot de passe. Attention, pour des raisons de sécurité (un coup d'œil sur l'écran de son voisin est un mode de piratage basique mais efficace) celui n'apparaître pas à l'écran, vous devrez taper en aveugle. Si vous pensez avoir commis une erreur dans votre mot de passe, faites Ctrl+u et retapez-le en entier. Si vous avez tapé correctement votre mot de passe, vous aurez à votre disposition un shell sur la machine distante. Sinon, vous lirez « Permission denied. » et il faudra recommencer.

Authentification par clé publique

Une autre méthode utilise ce qu'on appelle une « clé publique », c'est-à-dire un code qui vous identifie. Si vous suivez la procédure décrite ci-dessous, vous pourrez vous connecter par ssh sur une machine distante sans avoir à taper de mot de passe. De plus, cette méthode permet de se connecter sur plusieurs machines avec la même clé, ce qui peut être pratique. Enfin, utiliser une clé publique augmente (légèrement) la sécurité en cas de compromission du serveur : celui-ci ne peut pas récupérer votre mot de passe.

Type de clé

Il existe différentes versions de SSH. Suivant le type de version utilisé sur la machine distante, le type de clé à générer diffère. Cette information vous est donnée par exemple lors de votre première connexion ssh sur cette machine (voir ci-dessus). Si vous ne vous en souvenez plus, sachez que SSH1 utilise généralement des clés RSA1, et que SSH2 peut utiliser des clés RSA ou DSA. Pour connaître la version de SSH utilisée sur la machine distante, tapez ssh -v sur la machine distante.

À l'ENS, depuis décembre 2003, les ordinateurs utilisent SSH2. Si vous aviez déjà une clé publique pour vous connecter à l'ENS, il vaut mieux en changer. Il vous suffit de générer une nouvelle clé, de type RSA (chiffrement recommandé), et de suivre de nouveau la procédure ci-dessous.
trolle ~ $ ssh -v
OpenSSH_3.7.1p2, SSH protocols 1.5/2.0, OpenSSL 0.9.7c 30 Sep 2003
Usage: ssh [options] host [command]
<...>

Le « SSH protocols 1.5/2.0 » vous indique qu'il s'agit d'un ssh récent qui peut faire du SSH1 ou du SSH2.

Générer la clé

Pour ce faire, commencez par taper la commande ssh-keygen (comme key generator) sur la machine locale (et pas sur la machine distante).

machineloc ~ $ ssh-keygen

Avec un ssh récent, qui peut faire du SSH1 ou du SSH2, il faut indiquer le type de clé à générer (voir ci-dessus). Par exemple, pour générer une clé RSA (recommandé) :

machineloc ~ $ ssh-keygen -t rsa

Pour générer une clé de type DSA, il suffit d'utiliser la commande suivant à la place :

machineloc ~ $ ssh-keygen -t dsa

Notez également qu'il est possible de spécifier la taille de la clé (en bits) avec le paramètre -b X où X est un nombre de bits à choisir parmi (par exemple) 1024, 2048 (minimum recommandé), 4096.

Le générateur de clés va en générer deux, une clé publique et une clé privée. Il va placer la clé privée (sous forme chiffrée) dans un endroit qui, par défaut, est $HOME/.ssh/id_rsa pour SSH2 et une clé chiffrée en RSA et $HOME/.ssh/identity pour SSH1 :

machineloc ~ $ ssh-keygen -t rsa
Generating public/private rsa key pair.
Enter file in which to save the key (/usr/home/toto/.ssh/id_rsa):

Appuyez sur Enter pour accepter la localisation de la clé (il est plus simple d'accepter la localisation proposée). ssh-keygen vous demande ensuite une « passphrase » (équivalent d'un mot de passe, mais sous forme de phrase). Cette phrase sert à fortifier la clé pour la rendre plus difficilement cassable. À partir de là, deux solutions :

Que vous tapiez une phrase ou pas, à la fin vous verrez quelque chose comme 

Your identification has been saved in /usr/home/toto/.ssh/id_rsa.
Your public key has been saved in /usr/home/toto/.ssh/id_rsa.pub.
The key fingerprint is:
1a:2a:3e:4a:1a:65:1c:89:10:92:9c:5c:1f:75:cc:de
toto@machineloc

Que faire de la clé ?

Si l'on récapitule, ssh-keygen a généré deux clés :

Définition : qu'est-ce que ce « $HOME » ? $HOME (ou ~) est ce qu'on appelle une variable d'environnement, qui sert à indiquer aux programmes quel est votre répertoire personnel (la racine de votre compte). Faites echo $HOME dans un terminal sur une machine de l'ENS pour savoir quel est le vôtre. Par exemple, sur les machines de l'ENS, c'est /users/promo/matiere/login. Pour en savoir plus, voir l'article « Concept : arborescence » dans le n°3 du Hublot.

Maintenant, sur la machine distante, allez dans le répertoire ~/.ssh et éditez le fichier authorized_keys : ajoutez à la fin, et sur une seule ligne (attention aux éditeurs qui coupent les lignes) la clé publique (identity.pub pour SSH1 ou id_rsa.pub pour SSH2) que vous venez de générer (attention, il faut bien ajouter la clé publique et non la clé privée !). Procédez ainsi pour toutes les machines distantes auxquelles vous voulez vous connecter sans avoir à taper votre mot de passe. Et voilà !

Utiliser ssh-agent

Si vous avez opté pour la solution « phrase de passe », bravo, votre connexion est plus sûre, votre clé privée ne peut pas être usurpée. Mais vous devez taper à chaque fois ladite phrase... ce qui est vite pénible. Solution, utiliser ssh-agent.

D'abord, il faut lancer ssh-agent, qui gère les clés d'identification. Si vous êtes logué dans une salle informatique de l'ENS avec la config conscrits, pas de problème, ssh-agent est déjà lancé. Si ce n'est pas le cas, il faut le lancer vous-même.

Comme l'agent est disponible dans tous les programmes lancés ultérieurement, on le lance au début d'une session. Par exemple, quand vous êtes en mode texte et que vous lancez le serveur X :

machineloc ~ $ ssh-agent startx

Quand vous vous loguez à distance, c'est plutôt :

machinedist ~ $ exec ssh-agent $SHELL

Une fois lancé, l'agent vous suit dans toutes vos connexions à distance, et ainsi il est disponible partout. Il faut donner à l'agent votre clé à gérer en tapant ssh-add. On vous demande alors votre phrase de passe :

machine ~ $ ssh-add
Need passphrase for /home/toto/.ssh/id_rsa (toto@machine)
Enter passphrase:
Identity added: /home/toto/.ssh/id_rsa (toto@machine)

Note : Les dernières versions des environnements de bureau sous Linux possèdent leur propre interface graphique qui sert de surcouche à ssh-agent. Par exemple, seahorse (ou Trousseau de clé Gnome) tient ce rôle dans Gnome. L'utilisation de ssh-agent peut alors être facilitée, notamment car ces logiciels déverrouillent les clés SSH avec le mot de passe de login directement.

Exécution d'une commande à distance

Vous pouvez également utiliser ssh pour exécuter une commande à distance. Par exemple, vous voulez, de votre machine personnelle, connaître l'heure sur sas.eleves, pour savoir si votre machine est en retard, en avance ou à l'heure.

machineloc ~ $ ssh sas.eleves.ens.fr date
Fri Jul  4 12:01:49 MET DST 2003

N'oubliez pas de préciser toto@machine si vos logins sont différents entre les deux machines. Si vous voulez exécuter à distance une commande avec des options, mieux vaut mettre des guillemets. Par exemple, je peux savoir si brick est une station Sun ou un PC, en utilisant la commande uname.

machineloc ~ $ ssh toto@brick.ens.fr "uname -p"
i386

La réponse est « i386 », dénomination utilisée pour les PC.

Petite astuce pour IRC : Il est possible de se connecter sur IRC sur une machine de l'ENS directement avec la commande suivante (créer un alias pour plus de facilité) :

machineloc ~ $ ssh login@trolle.ens.fr -t irc

Message d'erreur

Il est possible que vous voyiez un jour le message d'erreur suivant :

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
@       WARNING: HOST IDENTIFICATION HAS CHANGED!         @
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
IT IS POSSIBLE THAT SOMEONE IS DOING SOMETHING NASTY!
Someone could be eavesdropping on you right now (man-in-the-middle
attack)!
It is also possible that the host key has just been changed.
Please contact your system administrator.

Ce message signifie que la clé ssh (l'identification) de la machine distante a changé. En effet, à chaque fois que vous vous connectez à une machine par ssh, celle-ci présente à votre machine une sorte de carte d'identité, ainsi vous êtes sûr qu'il s'agit bien de la bonne machine et pas d'un pirate. Ou bien la machine a réellement changé de clé ssh (à l'ENS, cela arrive de temps à autres quand le SPI upgrade une machine), ou bien c'est une attaque de pirate. Il vaut mieux écrire au SPI pour savoir ce qu'il en est.

Transférer des fichiers

Il y a d'autres commandes associées à ssh qui vous permettent, de manière tout aussi sûre, de transférer des fichiers d'une machine à une autre. En l'espèce, scp (Secure Copy) a un fonctionnement aussi simple que celui de ssh.

Les explications qui suivent sous pour les sytèmes UNIX. Pour savoir comment faire sous Windows, reportez-vous au tutorial des WinTuteurs sur WinSCP.

De la machine locale à la machine distante

Pour envoyer des fichiers de votre machine locale à la machine distante, faites :

machineloc ~ $ scp fichier1 fichier2 fichier3 machinedist:

Attention, n'oubliez pas les deux points à la fin. Vous devrez taper votre mot de passe (sauf si vous utilisez l'authentification par clé publique, voir ci-dessus), puis ssh se lancera dans le transfert en vous indiquant sa progression :

machineloc ~ $ scp tagada.txt machinedist:
toto@machinedist's password:
tagada.txt       100% |***************************************| 2263       00:00

Pour énumérer les fichiers à copier, mettez-les simplement à la suite, séparés par une espace, sans virgule.

Pour transférer un répertoire entier, il faut utiliser l'option -r (comme recursive), sinon ssh vous dira « répertoire: not a regular file ».

machineloc ~ $ scp -r répertoire machinedist:

Dans ces premiers exemples, le(s) fichier(s) sera ou seront copié(s), avec le même nom sur la machine distante, à la racine de votre compte. Nous allons compliquer progressivement les choses. Maintenant, vous voulez changer le nom du fichier en cours de route, renommer tagada.txt en coincoin.txt :

machineloc ~ $ scp tagada.txt machinedist:coincoin.txt

Maintenant, nous allons envoyer notre fichier tagada.txt à un endroit précis sur le compte distant, dans le répertoire $HOME/divers/blagues :

machineloc ~ $ scp tagada.txt machinedist:divers/blagues

Et même vers n'importe quel répertoire (/bidule par exemple où / est la racine de la machine) :

machineloc ~ $ scp tagada.txt machinedist:/bidule

De la machine distante à la machine locale

Pour rapatrier des fichiers de la machine distante à votre machine locale, la même syntaxe est utilisée, mais inversée :

machineloc ~ $ scp machinedist:tagada.txt .

Le . (point) à la fin signifie que scp devra mettre le fichier ici, dans le répertoire dans lequel vous vous trouvez actuellement. Évidemment, vous pouvez lui indiquer un autre répertoire :

machineloc ~ $ scp machinedist:tagada.txt divers

Et ainsi de suite, vous pouvez appliquez les mêmes techniques que pour le transfert machine locale -> machine distante, décrites ci-dessus.

Sous KDE

Sous KDE (par exemple dans la config conscrits 2006 et plus), il est possible d'accéder par ssh aux fichiers situés sur une machine distante avec le gestionnaire de fichiers Konqueror. Pour ce faire, tapez simplement dans la barre d'adresses de Konqueror :

sftp://login@machinedist/répertoire/

par exemple

sftp://conscrit@trolle.ens.fr/users/06/maths/conscrit/

Une boîte de dialogue apparaît si nécessaire pour vous demander votre mot de passe. Vous pouvez ensuite copier, déplacer, modifier les fichiers existants (et en ajouter) presque comme s'ils étaient sur la machine locale.

La même astuce marche depuis n'importe quelle boîte de dialogue de gestion de fichiers de KDE, par exemple celles auxquelles font appel les fonctions Ouvrir et Enregistrer des divers logiciels.

Sous Gnome

La même chose est possible sous Gnome, en passant par le menu "Connexion à un serveur" du gestionnaire de fichiers Nautilus.

Créer des alias

Quand on utilise beaucoup la connexion distante, il devient très vite fastidieux d'avoir toujours à taper en entier le nom trolle.ens.fr, a fortiori son adresse IP 129.199.129.38. S'il n'y a pas d'ambiguïté (en l'occurrence, si vous n'utilisez jamais qu'un seul serveur portant le nom de trolle, et pas, par exemple, trolle.ens.fr et trolle.chezmoi.fr), vous pouvez assigner un alias à une adresse. Pour ce faire, mettez dans le fichier $HOME/.ssh/config les lignes suivantes :

Host trolle
User toto
HostName trolle.ens.fr

(n'oubliez pas de remplacer « toto » par votre nom d'utilisateur).

Ainsi, il suffira de taper :

machineloc ~ $ ssh trolle

au lieu de  :

machineloc ~ $ ssh toto@trolle.ens.fr

Cette modification s'étend également à scp. Il vous suffit en effet de taper :

machineloc ~ $ scp tagada.txt trolle:divers/blagues

au lieu de :

machineloc ~ $ scp tagada.txt toto@trolle.ens.fr:divers/blagues

Informations périmées

Mise à jour : à l'ENS, depuis décembre 2003, les ordinateurs utilisent SSH2. Si vous aviez déjà une clé publique pour vous connecter à l'ENS, il vaut mieux en changer. Il vous suffit de générer une nouvelle clé, de type RSA, et de suivre de nouveau la procédure.

Il existe plusieurs protocoles Internet permettant de se connecter à un ordinateur distant : telnet, les r-commandes (rlogin, rsh ou encore rcp), ssh (Secure Shell). Alors que telnet et les r-commandes font circuler les informations en clair sur le réseau (voir notre documentation sur les dangers de telnet), ssh est beaucoup plus sûr :

Pour ces deux raisons, nous vous conseillons vivement d'abandonner telnet et rlogin pour adopter ssh. Le piratage, ça n'existe pas que dans les films. Vous pensez peut-être que rien sur votre compte n'intéresse un pirate, et que donc il n'est pas utile de prendre vos précautions. Vous avez tort à deux titres : le pirate peut se servir de votre compte pour attaquer une autre machine... Bonne chance alors pour convaincre la DST que ce n'était pas vous. Ensuite, en vous exposant au danger, vous mettez ensuite en danger les autres utilisateurs de l'ENS. Alors soyez responsables.

Auteur : Marie-Lan Nguyen, Marc Mezzarobba, Antoine Amarilli, Lucas Verney. Dernière modification : Sun Oct 20 00:17:06 2013 +0200 par Antoine Amarilli.